Sélectionner une page

France 2 | 13h15 le dimanche – Le Feuilleton des Français

France 2, 13h15 le dimanche |Le Feuilleton des Français

Le jour se lève sur la campagne pour accueillir les caméras de France 2. Elles suivent tant bien que mal les 4×4 de l’atelier JHP, au travers des marais de Brière. Le plus enthousiaste ? Rio, bien sûr ! Ses 4 pattes lui donnent une énergie décuplée par rapport à ses collègues bipèdes.

Julie Darde, Laura Lequertier et Cédric Estève, les équipes de Laurent Delahousse, signent ce reportage sur les Couteaux Morta que vous découvrirez sur France 2, le dimanche 12 septembre à 13 h 15 et 14h20,
Si les Français se racontent, le Morta, lui, se mérite. On tourne !

Trouver le Morta | Une expédition matinale

Le Morta ? C’est ce bois que l’on ne trouve qu’en région briéronne. Le marais du parc naturel de Brière l’a jalousement enfermé pendant 5000 ans avant que Jean-Henri, artisan-coutelier aux ateliers JHP, ne vienne le déterrer. Les Shadoks, annonce la journaliste. Comme eux, les couteliers pompent encore et toujours jusqu’à repérer un tronc de ce matériau si rare. Quand la sonde trouve une résistance, et que « ça sonne sourd », ainsi que le précise Aymeric, c’est que le trésor n’est plus très loin.

Déterrer le Morta | De quel droit ?

Si Jean-Henri paraît apprécier l’odeur de tourbe, Vimala, sa fidèle coutelière déclare modestement s’habituer, mais son petit sourire nous fait deviner une certaine ironie. Bref, la joyeuse équipe s’adonne avec vigueur à ce sport local et pittoresque. Mais, au-delà de la senteur naturelle, notre journaliste s’inquiète d’une question bien plus terre à terre (et surtout, n’y voyez aucun jeu de mots). Jean-Henri a-t-il le droit d’extraire ainsi le Morta ? Ce dernier la rassure aussitôt. Cette terre est privée et gérée par un syndic de copropriétaires qui a donné son autorisation pour l’exploitation de ce bois, avant que l’activité de JHP ne débute.

Le Morta se mérite

Au tour de la tronçonneuse de mettre la main à la pâte et de participer aux efforts collégiaux. En prélevant un échantillon, Jean-Henri juge illico la qualité du tronc. Noir, dense et compact, le voilà donc digne d’intégrer son atelier de coutellerie.

Tandis que Rio joue avec la peinture du véhicule, les autres déchargent des troncs d’arbres du pick-up. Non pas du Morta, non ! 3 poteaux de châtaignier qui, avec une chaîne, forment un appareil de levage, une chèvre, plus précisément. Malheureusement, cela s’avère insuffisant et Jean-Henri doit plonger corps et âme, mais surtout corps, dans le terrain boueux. De ses bras, il entoure le colosse juste assez pour passer la chaîne dessous et le soulever. Tâche difficile ! Et, pour cause, la pièce pèse près d’une tonne. Quelques élingues, et litres de sueur plus tard, le tronc attend sagement à l’arrière du véhicule que son chauffeur daigne le transporter en lieu sûr.

 

 

France 2 Dimanche 13h15 - Extraction Morta

« Avant, je menais une vie normale », se confie Jean-Henri entre deux efforts.

 

Jadis, formateur commercial dans une grande entreprise, Jean-Henri a choisi de changer de vie il y a 10 ans pour se consacrer à ses deux passions : les couteaux et la Brière. Le Morta, à la croisée des deux, lui sert de matière première pour la fabrication de couteaux haut de gamme. Cette passion, vieille de… de l’âge de Jean-Henri finalement lui prend désormais ces journées et requiert une équipe de 6 personnes.

L’atelier JHP conjugue l’amour des couteaux, du Morta et du travail bien fait

Voici donc comment ce fameux bois va prendre forme ou plutôt reprendre vie. Visiblement, Jean-Henri est très satisfait de sa trouvaille matinale. Il contemple la culée, la partie basse du tronc (base de la bille de pied). Face à la qualité du morceau, il se réjouit d’en créer immédiatement un couteau qui va partir en expédition. Dans l’atelier sont fabriqués des couteaux de cuisine, de bricolage, « de ceux qui coupent », renchérit la journaliste.

Parmi d’autres modèles, si le coutelier est décidé, il vous présente même sa plus précieuse pièce. Un authentique couteau indien, conçu avec un manche en plastique et une lame qui ne coupe pas, compagnon d’enfance du maître des lieux. « Je l’avais avec moi, j’étais le plus fort du monde », plaisante-t-il aujourd’hui !

 

Tandis que chacun y va de sa forge, de sa lime et de son savoir-faire, Jean-Henri frappe le poinçon. Là, pas le droit à l’erreur. On ne peut pas revenir dessus. Cette délicate manœuvre achevée, le couteau peut prendre place dans l’étui et partir à la rencontre de son nouveau propriétaire.

 

Collection, transmission ou cadeau, le couteau, à l’instar d’une montre, reste un objet particulier. D’ailleurs, un client arrive. Il cherche un couteau à offrir à son petit-fils, récemment diplômé ingénieur. Jean-Henri lui présente alors sa collection de couteaux, composée de ses 3 catégories de produits, à savoir, les chers, les très chers et dernière variété, hors de prix. Le visiteur tombe immédiatement sous le charme de la lame Damas. Monsieur, boucher-charcutier de métier, s’avoue très sensible à la beauté, la qualité, la valeur des outils de travail. Il espère que son petit-fils ne se séparera jamais de ce précieux objet. Comme lui, qui ne quitte jamais celui que sa mère lui a transmis, il y a 25 ans, à la mort de son père.

 

Bientôt, le deuxième épisode de cette saga exaltante ! Restez à l’écoute. C’est le dimanche à 13 h 15 sur France 2. Le rendez-vous est lancé !

Sinon, à l’occasion d’une balade en Brière, faites un détour par Saint-André-Des-Eaux pour visiter l’atelier d’où sont sortis plus de 4000 couteaux en 2020.

France 2 Dimanche 13h15 - Manche de couteau Morta

Suivez nous sur les réseaux sociaux.

0
    0
    Votre Panier
    Votre panier est videRetour à la boutique
      Calculer les frais de port